Serveur Minecraft (1.12.2)
 
AccueilFAQCalendrierGalerieRechercherMembresS'enregistrerConnexion
Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Connexion automatique: 
:: Récupérer mon mot de passe
Adresse du Serveur Minecraft
Adresse IP du Serveur
Yoko:

yoko.craft.vg


Partagez | 
 

 -Naissance du Deuxième Âge-

Aller en bas 
AuteurMessage
bapto
Admin
Admin
avatar

Messages : 1278
Date d'inscription : 16/04/2011

Feuille de personnage
Nom : Loreleï de Brisevent
Bourse Bourse: 30
Profil: Profil::
Profil:PAPVMSvgFo
Points:3414763

MessageSujet: -Naissance du Deuxième Âge-   Sam 18 Nov - 16:38

Le Deuxième Âge naquit dans le feu et le sang. Sur les terres dévastées d'Avhen, anciens et nouveaux dieux s'affrontèrent pour déterminer qui obtiendra la suprématie du monde à venir.
Cette bataille dura des années, coûtants la vie à de nombreux Primordiens. Lorsqu'il n'en resta plus qu'un encore debout, les nouveaux dieux décidèrent d'épargner sa vie. Le nouveau monde avait besoin d'un témoin du passé pour rappeler aux hommes leurs faiblesses et leurs erreurs. Ce dieu déchu fut alors contraint à l'exil, abandonnant les hommes à de nouvelles divinités. Toutefois, le Primordien se délesta d'un objet magique avant de quitter définitivement ce monde. Un diamant noir qui arborait autrefois son puissant sceptre de platine. La puissante gemme fut donnée au premier des hommes, Gildéron. Les nouveaux dieux ignorent la nature de ce don, car l'homme sacrifia sa vie pour en garder le secret. Le diamant noir, bien que doté d'une puissance magique inimaginable, ne fut jamais utilisé par peur d’être subtilisé par les dieux. C'est ainsi que la gemme traversa de nombreuses générations conservant cette perpétuelle quête du secret.
La légende du diamant noir ne fut connu que peu de temps après l'exil des nouveaux dieux. Au bout de trois mille ans de règne sur les terres de Mogaria, les êtres suprêmes décidèrent de laisser les races Mogariennes agir de leur propre chef. La lignée des Gildéron put enfin briser le secret, et révéler au monde l'existence du puissant artefact. Le roi Dugdelian Ier s'en servit pour asseoir sa légitimité et son statut de sang divin. Les autres royaumes et empire de Mogaria, respectaient son pouvoir, et durant un siècle il n'y eut de conflit ou d'hostilité. La croyance des Primordiens étaient malgré tout encore présente dans les esprits et inspirait au respect. Toutefois le culte des nouveaux dieux s’était largement répandus sur Mogaria. Ces derniers s’étaient révélés d'une grande aide pour rebâtir les anciennes terres appartenant au défunt monde d'Avhen. Les géographes l'avaient ainsi rebaptisé en Mogaria, la terre du Deuxième Âge. Un âge non plus gouvernés par des Primordiens mais par des mortels...

A la mort du roi de Gildéron en 3510, son fils, l'héritier du trône, prit sa succession. Dugdelian II s'empressa de prendre ses fonctions. Son caractère impulsif avait fait de lui un excellent soldat au sang chaud. Néanmoins, il était également réputé pour avoir tenu tête sur bon nombre de sujet à son père. Lui valant par exemple un long exil de deux ans sur les Terres inexplorées. A présent qu'il n'y avait plus cette autorité paternelle, Dugdelian II eut enfin la possibilité de régner comme bon lui souhaitait. Or il fut catastrophé lorsqu'il apprit que le diamant noir, symbole de la royauté Gildéronne avait disparu... A travers un testament, le père du nouveau roi, avoua avoir légué en secret l'artefact magique à une reine Elfique.
Dugdelian II ne connaissait qu'une seule reine des Elfes, Loreleï de Brisevent, suzeraine du royaume d'Evendal. Il était alors fou de rage que son propre père ait pu le trahir autant.
Le roi de Gildéron leva aussitôt une armée, et se dirigea vers les contrées Est de Mogaria. Ses soldats quittèrent le château Vorpalin au printemps 3510, ils devaient alors effectuer une marche de deux mois avant de parvenir aux frontière du royaume elfique. Ils n'y arrivèrent jamais...
En chemin, ils firent la rencontre d'un puissant et ancestrale dragon. Les soldats combattirent de toute leur force la créature aillée. Hélas le feu ardent eu raison de ses pauvres âmes. Seul le roi survécut au carnage. Dugdelian II avait fuit dans la foret de Crêtenoire. Alors qu'il pensait avoir semé le dragon, il fut prit au dépourvu lorsqu'une lame lui transperça le torse. Dugdelian se retourna et vit un chevalier en armure lourde couleur ébène, posté sur un cheval de feu. Cette vision lui était inconcevable. Le cavalier noir retira la lame et s'en alla. Quand au roi, il eut tout juste le temps de faire sept pas avant de s'écrouler et mourir.
Le court règne de Dugdelian II fut un terrible coup pour l'empire de Gildéron, qui n'avait alors aucun héritier de sang royal. Les seigneurs et mages du royaume s'octroyèrent plusieurs jours pour réfléchir à l'avenir de Gildéron. Cette réunion fut brusquement interrompue lorsqu'une armée Elfique fit son apparition non loin des grands murs de granit du château Vorpalin, alors siège fortifié du royaume. La reine Loreleï était à la tête de cette immense armée. Les seigneurs de Gildéron n'eut pas d'autre choix que d'inviter la reine d'Evendal à se joindre à leur réunion.
Elle fit une entrée éblouissante dans la vieille forteresse en plein deuil. Sa beauté était sans égal tout autant que sa bravoure au combat. Au détriment d'une maladie du sang affectant l'ensemble des elfes, les poussant parfois au vampirisme...
Les dignitaires de Gildéron s'efforcèrent de recevoir la reine elfique dans les appartements du défunt roi. Aussitôt elle posa avec vigueur le fameux diamant noir. Tout les regards se fixèrent sur l'objet magique. Loreleï prit alors la parole et proposa un accord. Elle rendait la gemme à son royaume et en contrepartie, Gildéron devenait vassal d'Evendal. Les seigneurs réfléchirent dans leur coin à cette proposition. Ils convoitaient tous l'artefact ancestral, toutefois ils ne se faisaient à l'idée de devenir les sujets de ces elfes suceurs de sang... Après un long temps de réflexion l'un d'un prit la parole, le chevalier Albrecht de la maison du Tigre blanc, proposa un nouveau marché. Le royaume de Gildéron ne se rallierait aux elfes que si et seulement si, ils parvenaient à vaincre l'un de leur rival, l'empire Albrin. La cité blanche d'Albre se trouvait plus au nord de Gildéron, et avait toujours été une grosse épine pour la royauté. Refusant toute alliance et tout commerce, Albre regorgeait de richesses tant convoitées par la lignée de Gildéron.
Albrecht savait qu'il était impossible de conquérir Albre. Cette citée était réputée imprenable. A sa grande surprise la reine Elfique accepta.
Loreleï revint avec son armée un an plus tard au château Vorpalin. Il offrit la tête du roi d'Albre en guise de preuve de sa victoire, et somma les seigneurs de Gilderon de respecter leur engagement. Or durant ce laps de temps, le royaume humain avait dilapidé toutes ses richesses pour acheter les services de milliers de mercenaires. Ceux-ci s’étaient cachés dans les moindres recoins de la forteresse, et ne tardèrent pas à surprendre les soldats elfique. La reine, elle-même fut prise de cours et a peine eut-elle le temps de dégainer sa longue lame elfique que toute une troupe de mercenaire et de chevalier l'encerclait.
Loreleï, dans un acte désespéré sortit le diamant noir. Jusqu'alors personne ne l'avait utilisé comme une arme. Les chevaliers dévorèrent des yeux l'objet magique. Tous le désiraient ardemment. Ils lancèrent alors l'assaut. La reine elfique esquiva et planta sa lame dans les cuirasses de ses ennemis. Ils tombaient comme des mouches puis vint le tour d'Albrecht Tigre blanc. Il portait ce nom car son ancêtre avait tué a main nue une de ces créatures des neiges. Depuis chaque descendant arboré la peau du félin sur leurs épaules tel un tophet. Albrecht ne voulait pas combattre il demanda une dernière fois à la reine de se rendre en promettant de lui laisser la vie sauve. Loreleï ne croyait plus en la parole des hommes... Elle leva au ciel le diamant noir et prononça une formule en Ifindrel, la langue des elfes. Aussitôt une lumière aveuglante jaillit de la gemme. Quelques secondes après, la reine s’était enfuit profitant de la cécité éphémère de ses ennemis. Elle quitta le château Vorpalin, seule. Son armée était défaite, et elle savait que tôt ou tard les troupes Gilderonnes ne tarderaient pas à envahir Evendal. Elle ne pouvait laisser l'arrogance des hommes corrompre la puissance de cette relique. Hélas, elle ne pouvait pas non plus la garder avec elle. Son pouvoir était trop important, Loreleï devait donner cet artefact à un peuple dénué de puissance magique. Elle pensa au royaume nain de Foudrépine situé au nord de Mogaria. Ils étaient suffisamment armées et puissant pour rivaliser avec les hommes et ainsi garder cette relique sans jamais devoir l'utiliser.

Loreleï parvint aux montagnes de Dirchtmore en 3511. Les nains, étaient très méfiants envers les races arborant une taille bien plus haute qu'eux. Devant les deux mètres de la reine Elfique, aucun nain ne daignait la laisser entrer dans la ville souterraine de Foudrépine. Puis vint à sa rencontre un seigneur des mines. Les peuples vivants sous les montagnes étaient fascinés par l'or et les pierres précieuses. Loreleï n'eut qu'a montrer le diamant noir au nain pour qu'il daigne la faire entrer dans le palais.
Le palais creusé dans la montagne était richement décoré. Il etait composé d'une longue allée composée de stalactites et stalagmites sur lesquelles on y avait incrustés d’innombrables pierres précieuses. Le sol était pavé de plaque de marbre décorées de motifs en or massif. Quand aux parois elles étaient brutes, afin de laisser transparaître l'aspect minéral du royaume.
Loreleï avança dans la grande salle, suivit par plusieurs soldats nains. Le roi siégeant sur un trône d'orichalque se leva et vint saluer son invitée. La reine Elfique lui montra la gemme noire. Le roi nain était comme fasciné, non pas par son pouvoir mais par sa beauté, ses lignes et sa brillance. Loreleï lui expliqua l'enjeu autour de ce diamant et lui laissa en main propre. Au cours des années, les nains de Foudrépine gardèrent avec ténacité leur bien le plus précieux. Gildéron avait tenté plusieurs fois de négocier l'échange de la gemme sans jamais y parvenir. Les seigneurs humains n’étaient pas assez fous pour mener une guerre ouverte contre ces êtres belliqueux. Ainsi, la relique resta de nombreux années en possession des nains.
Quand à Loreleï, elle réapparut en 3520 à Evendal. Comme elle s'en était doutée, Gildéron avait mené des représailles sur son royaume. Toutefois plusieurs Elfes avaient survécus aux assauts répétés. Loreleï fut accueilli comme la reine qu'elle était autrefois. Elle reprit une vie paisible et rebâtit pierre après pierre son domaine.

Durant trois cents ans on n'entendit plus parler du diamant noir, ou de Loreleï. Le royaume de Gildéron redevint aussi puissant qu'il l'eut été jadis, toutefois ce fut une nouvelle lignée qui prit les rennes du pouvoirs. Une lignée plus diplomate et se préoccupant davantage des désirs de son peuple que de sa propre ambition.
Finalement la menace ne vint pas des hommes, ni même des elfes, mais des nains. Le roi Dorkan Foudrépine déclara la guerre au royaume de Gildéron. Nul ne connaissait ses motivations. Cela ne pouvait être la richesse, les nains étaient connus pour détenir les plus belles pierres précieuse de tout Mogaria. En réalité, plusieurs rumeurs faisaient mentions d'un sorcier. Un puissant mage qui aurait révélé les pouvoirs du diamant primordien au roi nain.
Dorkan Foudrépine s’était lancé dans une importante croisade. Conquérir toutes les terres Mogarienne. Il ne croyait pas en la magie, toutefois, grâce à la présence de son sorcier, cette aspect si obscur et lointain était désormais à sa portée. Il ne craignait plus les haut-mages humain ou même les chamans Elfes.
Rien ne semblait pouvoir l’arrêter. Dorkan pilla et brûla les régions du Dunfalt, les champs de Morgrim et la forteresse de Tyguelt. Il ne restait sur sa route que le château Vorpalin, ultime bastion humain de Gildéron. Valrius de Gibre, le nouveau roi des hommes rassembla toutes ses troupes disséminés dans l'empire et fortifia davantage son château en vu d'un siège.
Au printemps, sur les plaines verdoyantes entourant le château Vorpalin, l'armée des nains s'y amassa. Lanceurs de hache, guerriers et chevaucheurs de sanglier, voilà de quoi étaient composés les forces de Dorkan. Sans compter les catapultes et trébuchets. C'est alors qu'il réapparut... Le cracheur de feu ! Celui-là même qui en 3510 mit en péril l'armée du roi Dugdelian II. Une immense créature noirâtre aux yeux jaunes. Le dragon se posa au milieu des plaines, attendant quelque chose. Valrius, tout autant que Dorkan étaient horrifié de voir un monstre pareil. Puis une silhouette se démarqua de l'armée naine. Un vieillard munit d'un sceptre, il s'agissait sans nul doute du mage à la solde de Dorkan.
Le sorcier entama alors le combat contre la créature ailée. Seule la magie pouvait en venir à bout... Valrius, posté sur une des tour du château aperçu au loin qu'il utilisait les pouvoirs du diamant noir. Toutefois le dragon semblait bien plus puissant que le mage.
Après un duel de plusieurs minutes, le monstre eu raison du sorcier. Ce dernier n'ayant pu esquiver une volée de flamme, brûla vif. Le diamant noir quand à lui tomba au sol. Le dragon surprit de voir une telle relique, s'en approcha. Au même moment, de l'autre coté du champ de bataille un cavalier noir débarqua de nul part. Chevauchant une monture en feu, il se précipita sur la créature ailée. Valrius se rappela alors les légendes entourant la mort du roi Dugdelian II, une ombre sur un cheval de feu qui transperça le corps du couard roi de Gildéron.
Le chevalier noir déroba la pierre précieuse, il asséna quelque coups d'épée à la bête pour la repousser, mais ne s'en soucia guère. Dorkan refusant de perdre son bien le plus précieux lança son armée à ses trousses. Valrius en fit de même, il ne pouvait laisser partir la chance de récupérer la relique Gildéronne !
Le cavalier chevaucha sans s’arrêter, bien déterminé à semer l'armée naine, humaine ainsi que le dragon. Il les mena loin au sud dans les terres inexplorées. Là où seul des démons pouvaient espérer survivre disait-on... Le climat été abruptement chaud et aride, le paysage désertique et hostile, composé de montages et de pics grisâtres ainsi que d'immense étendues de sable. Nains et humains étaient exténués, Valrius et Dorkan s’était finalement alliés pour capturer le chevalier noir. Quand au dragon, il mourut d'épuisement au milieu du désert.
Après plusieurs mois de poursuite, le cavalier s’arrêta au pied d'une ancienne tour de garde. Sa construction était grossière, l'édifice partiellement en ruine n’était pas l’œuvre d'elfe, de nain ou d'homme... Le roi Valrius somma le cavalier de lâcher la gemme et de partir. Ce dernier ne prit pas en compte ses paroles, bien trop occupé à réciter des incantations maudites. A cet instant, des bras squelettiques sortirent par milliers du sable, attrapant les pieds et les jambes des troupes fatiguées. Les soldats n'arrivaient plus à lutter, et un à un ils disparaissaient, engloutis par ces cadavres animés. Il ne resta que les deux rois face au cavalier. Valrius dégaina son épée, suivit de peu par Dorkan. Leurs fins étaient proches, et dans un dernier souffle, les deux rois chargèrent le cavalier noir. Esquivant coup après coup le démon ne semblait faiblir. Le chevalier frappait avec une telle force qu'il brisa la cuirasse d'orichalque du nain, le projetant ainsi au sol. Valrius profita de l'instant pour frapper dans le flanc gauche du cavalier. Au-lieu de voir jaillir du sang, ce fut un jet de poussière noire qui en sortit. Le combat dura plusieurs heures, et lorsque tout semblait perdu, une flèche vint traverser le heaume du démon noir. Valrius épuisé, tenta de retracer la trajectoire du projectile. C'est là qu'il vit au sommet de la tour en ruine, la reine des elfes avec son arc. Loreleï de Brisevent venait de mettre fin au combat...
Elle vint aider l'homme et le nain à se relever, et leur administra quelques soins. Le nain, malgré son orgueil proéminent, remercia l'elfe de les avoirs secourus. C'est là que Valrius comprit toute la folie qui les avaient menés jusqu'au bout du monde... Ce diamant ô combien puissant, détraquait l'esprit des gens et les poussait au pire. Loreleï leur annonça qu'il fallait s'en débarrasser. L'efle avait elle même échouée en confiant l'objet à une race dénué de pouvoir magique. Observant les conséquences de leurs actes, ensemble ils décidèrent d’enterrer le diamant noir dans les fondations de la tour abandonnée. Personne ne pouvait avoir l'idée de venir arpenter les terres inexplorées pour y trouver une relique se disaient-ils. Les trois souverains firent un pacte. Celui de ne plus jamais revenir ici, de ne plus jamais convoiter le diamant noir, et de garder le secret de son emplacement jusqu'à la mort. Mogaria n'avait pas besoin d'un tel artefact...
L'homme, le nain et l'elfe, reprirent alors le chemin du retour. Et chacun tentèrent d'oublier jusqu'à l'existence même de cette relique maudite...

Vingt ans plus tard, Loreleï eut une vision. Celle d'un homme creusant au milieu des ruines de la tour maudite. Elle ne pu voir son visage, cependant elle reconnu sa bague. Une chevalière en or portant le sceau de Gildéron... Elle partit sur le champ au château Vorpalin.
Valrius l'accueillit telle une amie. Il était vieux et usés par les années, tandis que la reine des Elfes ne prenait une ride. Il se demanda pourquoi une telle visite. Loreleï lui expliqua sa vision et soupçonna Valrius de comploter pour récupérer la relique. Or elle vit qu'il lui était incapable de réaliser un tel acte. Valrius était sur le déclin, un voyage, seul dans les terres inexplorées lui aurait été impossible...

Avec le temps, Loreleï finit par oublier sa vision... Dix ans s’étaient à nouveau écoulés. Valrius était mort depuis bien longtemps, et c’était un jeune roi qui prit le relais. Un roi bienfaisant, commerçant avec les elfes et les nains, améliorant de nombreuses techniques d'agricultures, le roi Valmer était exemplaire. Ce qui encouragea Loreleï a oublier définitivement ses visions...

Plusieurs hivers passèrent, la reine des elfes restait la plus part de son temps à errer dans la citadelle d'Evendal, attendant en vain un signe...
En 3855, un éclaireur elfe fut retrouvé mort alors qu'il surveillait la frontière des terres inexplorées. Loreleï y vit enfin son signe... Le jeune archer ramené par sa monture jusqu'à Evendal, avait la tête coupée et une lame d'obsidienne plantait dans le dos. Sans même réfléchir, la reine partit à cheval en direction des terres inexplorées. Après plusieurs jours de course effrénée, Loreleï de Brisevent fut horrifiée en voyant qu'une forteresse fut battit à l'endroit même où ils avaient enterrés le diamant noir. Les murailles étaient si haute que l'on ne pouvait distinguer la superficie globale du bastion.
Repérée par des archers squelettiques, la reine elfe du fuir à toute hâte. Elle se dirigea vers le haut d'une colline et pu enfin apercevoir l’étendue de la forteresse. Elle surpassait de loin le château Vorpalin. Des milliers de soldats osseux vadrouillaient sans fin dans l'enceinte principale. Loreleï ne pouvait croire à un tel mirage. Puis, juste devant elle se matérialisa une silhouette composée de sable. La reine reconnut sa voix. Il s'agissait d'Albrecht Tigre blanc, le chevalier de Gildéron qui l'avait jadis trahit.
Albrecht lui confia avoir bénéficié d'une vie incroyablement longue grâce aux pouvoir d'un puissant sorcier. En échange de cela, il dû faire croire à sa propre mort pour assouvir les ordres de son maître. Albrecht eu pour mission de retrouver le diamant noir, et peu avant que le roi Valrius de Gibre ne rendit son dernier souffle, il le tortura pour apprendre l'emplacement de la relique. Faible et malade le roi lui confia son secret et mourut peu de temps après. Loreleï comprit enfin sa vision, il ne s'agissait pas du roi, mais de l'un des seigneurs de Gildéron...
Avant de disparaître en poussière, Albrecht l'avertit d'une chose. Une armée allait bientôt se lever pour reprendre le pouvoir sur Mogaria. Le temps était compté...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
-Naissance du Deuxième Âge-
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le verdict. Le deuxième tour à quand?
» Sisi, je vous jure, la deuxième vague est là!
» COPS réédité par ORIFLAM
» Partie 68 (deuxième moitié)
» Le Seigneur des Anneaux, autre titre ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Serveur Minecraft Yoko :: Encyclopedie :: Histoire de Nethergrad :: -Deuxième Âge--
Sauter vers: